MEDEF Innovation et Territoires



Club MEDEF Innovation dans les Territoires - MIT

MEDEF Innovation et Territoires
1. Contexte :

Les PME impliquées dans un effort continu de recherche et innovation sont essentielles pour l’avenir économique des territoires. Elles créent plus de croissance, plus d’emplois et sont davantage présentes à l’export.

Les clubs ont vocation à prolonger les actions en faveur de l’innovation déjà conduites par le MEDEF :
- Tour de France de l’innovation ;
- Espace Business Innovation de l’Université d’Eté ;
- Etude sur les attentes et besoins des JEI et les PME innovantes.

2. Objectifs:

Les clubs de l’innovation ont pour mission de poursuivre quatre objectifs :

- Décloisonner les entrepreneurs et plus largement tous les acteurs locaux de la recherche et de l’innovation :
Rompre l’isolement des entrepreneurs : C’est en effet de la responsabilité du dirigeant d’entreprise d’innover et pour emprunter au slogan du tour de France de l’innovation organisé par le MEDEF : « Innover c’est entreprendre –Entreprendre c’est Innover » ;
Donner confiance aux entrepreneurs dans leurs capacités d’innover: L’innovation ne procède pas exclusivement de la recherche. Les produits innovants peuvent aussi découler d’effort de process commerciaux ou d’organisation de la production de produits ou de services ; Or moins de 40 % des entreprises françaises se déclarent innovantes dans les enquêtes européennes. D’après une enquête Oséo, seule 8 % des PME auraient les moyens de fournir cet effort alors que plus de la moitié d’entre elles ont au moins un projet innovant à réaliser ;
Développer les coopérations PME et grands comptes pour faciliter le référencement des produits innovants des PME sur les marchés nationaux et internationaux ;
Rapprocher la recherche publique (toutes disciplines confondues) des entreprises.

- Rendre lisible et visible le paysage et la chaîne de valeur de l’innovation;
Quel dirigeant d’entreprise n’a pas été confronté pour la gestion de son projet innovant à l’un des 3 problèmes les plus récurrents en ce domaine : Comment j’accède au financement ? Comment j’accède au marché ? Comment j’accède aux compétences ?
C’est la motivation des clubs de donner une grille de lecture sur les dispositifs existants et une cartographie régionale des réseaux utiles et des acteurs locaux.

- Maitriser les ressorts de l’innovation et échanger sur les bonnes pratiques
Développer les solidarités locales à partir des atouts existants. Le club doit être le maillon fort d’une relation étroite et collaborative avec tous les acteurs de l’innovation en région (INPI, OSEO, DRIRE, Pôles de compétitivité etc.) ;
S’approprier et maitriser les meilleurs dispositifs (Crédit Impôt Recherche/CIR, Jeunes Entreprises Innovantes/JEI, Jeunes Entreprises Universitaires/JUI, Conventions Industrielles de Formation par la Recherche/CIFRE, doctorant conseil, diagnostic Propriété Intellectuelle, conseil numérique etc.) en approfondissant les usages, en prévenant les risques (fiscaux par exemple) dans une démarche de partage d’expérience.

- Contribuer au mouvement de l’accélération de l’innovation en France
Agir pour faire de la France une terre d’accueil de l’innovation . Parvenir à la création du meilleur écosystème possible pour permettre à l’innovation de devenir l’un des principaux moteurs de la croissance économique, condition par ailleurs de la défense de notre modèle de développement économique et social ;
Promouvoir les progrès obtenus . Le MEDEF se doit aussi de promouvoir auprès des entreprises les outils de l’innovation qu’il contribue à faire naitre ou évoluer (propriété intellectuelle, financement, organisation du Système Français de l’Innovation/SFRI…) ;
Identifier les marges de progrès par le retour d’expérience vécue sur le terrain et identifier les mesures appropriées d’amélioration des dispositifs ;
Faire progresser la France dans le développement de l’innovation et la conquête des marchés . Par leurs actions les clubs vont également contribuer à corriger les deux défauts majeurs du système français de l’innovation : Un nombre plus faible (comparé aux autres puissances européennes et de l’OCDE) de PME impliquées dans un effort continu d’innovation et une moindre coopération entre entre l’entreprise - les universités- et les centres de recherche.